La première fois que j’ai entendu ce mot, sot-l'y-laisse, c’était au cours de la fameuse dictée de Pivot à la télévision ; honte sur moi, pauvre inculte, qui me targuais d’avoir quelques dispositions en la matière, j’étais à cent lieues de la véritable orthographe ; je ne vous dirai pas comment je l’avais écrit…

Alors, qu’est ce qu’un sot-l’y-laisse ? Un morceau de choix, qu’un sot, donc, laisse dans son assiette... mais non ! pas le croupion de la volaille: les deux petits morceaux de chair succulente, assez peu visibles, situés juste au dessus de celui-ci, de chaque côté de la carcasse.

Bon, c’est sûr, le gourmet qui n’est pas sot ne risque pas de faire une indigestion et il aura quand même intérêt à y ajouter une cuisse…