Un savant en géométrie vint voir Nasr Eddin Hodja, réputé pour sa grande sagesse.
- Mullah, on m'a raconté que tu te méfiais de la géométrie. Comment peux-tu douter d'une telle science exacte ?
- Je ne doute pas, moi, répondit Nasr Eddin, en souriant.
- Je sais que tu doutes, aussi je vais te montrer que tu te trompes de douter.
Le savant dessina une ligne dans le sable.
- Que vois-tu là ?
- Un point, répondit Nasr Eddin.
- Un point ? Mais enfin, c'est une droite.
- Oui, c'est ce que je disais, c'est un point, car je la regarde de face !
Le savant dessina un point dans le sable.
- Ca, c'est un point.
- Ah non, là, c'est une droite que l'on regarde de face !
Le savant fouilla dans son sac pour en sortir un cylindre.
- Que vois-tu là ? Ne vois-tu pas un cylindre ?
- Oh, je vois plein de choses, un cercle, un rectangle, et des formes encore plus étranges...
- Mais vois l'objet dans sa globalité ! Comment veux-tu comprendre la géométrie si tu ne reconnais pas bien les objets ?
- C'est que les apparences des choses sont trompeuses, savant. Je fais comme toi : je ne vois que ce que je veux bien voir. Quand je veux voir les choses dans leur globalité, je n'ai pas besoin de la géométrie !