C'était la famine.

Mais tout le monde ne mourait pas de faim pour autant: les riches avaient pris soin de faire ample provision de blé, d'huile, de légumes secs et de viande séchée. 

Khadija dit alors à son mari:

- Nasr Eddin, toute la ville te tient pour un homme sage. Ne reste pas les bras croisés; va sur la place, rassemble tout le monde, et tente de convaincre les riches de donner à manger aux pauvres.

Nasr Eddin trouva que pour une fois sa femme avait raison. Il fit comme elle avait dit et deux heures après, rentra, la mine réjouie.

- Ma femme, rendons grâce à Allah le Miséricordieux!

- Ah ! Tu as donc réussi?

- Ce n'était pas une mission facile. A moitié.

- Comment cela, à moitié?

- Oui, j'ai réussi à convaincre les pauvres.