Allez, une petite leçon de français !
Je ne sais pas si vous utilisez souvent les termes ébaubi et ébaudi, j’avoue que je ne les utilise jamais, mais je suis tombée sur l’un des deux (je ne sais plus où et je ne sais même plus lequel…) et je me suis vaguement souvenue qu’il y avait deux mots très voisins avec risque de confusion !
Alors, voici quelques précisions pour éviter de s'emmêler les pinceaux en voulant faire son « savant » :  ;-)

Ebaubi : Terme familier signifiant très surpris, frappé,  au point de bégayer, de ne plus pouvoir s'exprimer.
Participe passé du verbe ébaubir, de l’ancien français abaubir (« rendre bègue »).
Synonymes : Etonné, surpris,  ahuri,  ébahi,  interdit, interloqué, stupéfait, déconcerté, épaté, sans voix,  pantois, interloqué, médusé, sidéré, stupéfié.
ex. : Madame Pernelle : Je suis toute ébaubie, et je tombe des nues. (Molière, Tartuffe)

Ebaudi : réjoui, mis en allégresse, égayé.
Participe passé du verbe vieilli ébaudir, employé surtout à la forme pronominale, s'ébaudir :  se distraire, se réjouir, s'égayer, se divertir, s'amuser.
ex. : On bat des mains, et l'auteur ébaudi se remercie et pense être applaudi. (Voltaire, poèmes et épîtres