Georges Courteline imagina un dialogue sur le thème de la rime. Il s'y est mis en scène face à un cuistre qui prétendait lui donner une leçon de poésie en déclarant de façon péremptoire que la rime était «la rencontre de trois lettres semblables en queue de deux mots différents ».

-  Parfaitement, lui répondit l'humoriste. Oyez plutôt:

Monsieur Georges Courteline
A l'âme républicaine.

-  J'ai dit trois lettres, croyant dire quatre. C'est ma langue qui a fourché !
-   A la bonne heure ! Voilà qui change tout... et je le prouve:

J'ai débuté dans Ruche
Vous étiez même assez mouche.

- Voyez pourtant, quand cela ne veut pas ! Tout à l'heure, croyant dire quatre, je disais trois, et à présent, croyant dire cinq, je dis quatre..
-Évidemment : témoin le distique que voici :

Mêlés au bruit des orchestres
Tintent les cristaux des lustres.

- C'est tout à fait par exception que les désinences de cinq lettres ne parviennent pas à former rimes. En tout cas, supposez-les de six et je vous garantis que, pour le coup, l'exception cesse d'être possible
- Ainsi qu'il appert clairement de ces deux vers improvisés:

L'humidité des isthmes
Ne vaut rien pour les asthmes

- Vous êtes un esprit contrariant, j'espère que des rimes faites des sept dernières lettres sont ce que l’on peut appeler des rimes ayant du foin dans leurs bottes.
- Et je le démontre sur l'heure :

Les poules du couvent
Ont des œufs qu’elles couvent

-  Oui ? Eh bien, il faut en finir… Voulez-vous parier cent mille francs que des rimes composées de huit lettres pareilles constituent ce qui se fait de mieux dans le genre?
- Je parie que non : je gagne et

Les intérêts publics résident
Dans les pouvoirs du président

- Donnez-moi mes mille balles !
- Flûte vous m'agacez ! Allez vous faire lanlaire, vous n’aurez pas un radis !


Allais est allé encore bien plus loin notant combien c'est triste, pour deux vers, d'avoir les vingt-deux
dernières lettres pareilles, et de ne pas arriver à rimer:

Les gens de la maison Dubois à Bône scient
Dans la bonne saison du bois à bon escient